Centre d'Etudes et de Recherches des Industries Métallurgiques, Mécaniques, Electriques et Électroniques
VIDEO
NEWSLETTER
COORDONNEES
Complexe des centres techniques
Route BO 50, Sidi Maârouf
Ouled Haddou – Casablanca
Tél. : (+212) 522 584 491
Fax : (+212) 522 584 490
E-mail :cerimme@menara.ma
NORMES ET SPÉCIFICATIONS
  • Imprimer
  • E-mail
Indice de classement :
NM 15.8.014
Domaine :
Non défini
Date de publication :
02/03/2001

Titre :

Utilisation des matériaux de référence certifiés.

Norme Marocaine homologuée

Par arrêté du Ministre de l'Industrie, du Commerce, de l'Energie et des Mines N° 724-01 du 13 Avril 2001, publié au B.O.N° 4900 du 17 Mai 2001.

Correspondance

La présente norme reprend intégralement la norme ISO guide 33 :1989.

Introduction :

Aujourd'hui, le monde actuel des technologies modernes a besoin d'une multitude de matériaux de référence certifiés IMRC) dans des domaines très variés et cette demande est sans doute appelée à s'intensifier à l'avenir. Mais la préparation d'un MRC est une opération de longue haleine, minutieuse et coûteuse. Aussi n'a-t-il pas toujours été possible, et il ne le sera jamais, de satisfaire à toutes les demandes de MRC de quelque type ou quantité que ce soit. C'est pourquoi les MRC doivent être utilisés de façon appropriée, c'est-à-dire efficace, rentable et économique.

Les matériaux de référence certifiés doivent être employés de manière cohérente pour assurer des mesurages fiables. Mais à cet égard, il convient de tenir compte de l'importance de l'offre, du coût relatif, de la disponibilité (accessibilité) du matériau de référence en question et de la technique de mesurage choisie, qu'elle soit destructive ou non. L'utilisateur doit également savoir que le mauvais usage d'un MR peut ne pas donner l'information souhaitée.

Le mauvais usage et l'usage incorrect des MRC n'ont pas le même sens. L'utilisateur d'un MRC est censé connaître toutes les informations relatives à l'emploi du MRC tel qu'il est précisé par le fabricant. Il doit observer plusieurs facteurs, notamment: délai de validité, prescriptions de stockage, mode d'emploi du MRC et indications de validité des propriétés certifiées. Un MRC ne doit pas servir à d'autres fins que celles pour lesquelles il a été conçu. Néanmoins, s'il se trouve dans l'obligation d'appliquer un MRC de façon incorrecte parce qu'il n'existe pas de matériau de référence approprié, l'utilisateur doit être pleinement conscient des inconvénients potentiels et en tenir compte lors de l'évaluation du résultat des mesurages.

Il existe de nombreux processus de mesure où, généralement, l'on utilise des MRC qui peuvent en fait être remplacés par d'innombrables étalons de travail tels que matériaux homogènes, matériaux déjà analysés, composants purs, solutions d'éléments purs, etc., par exemple lorsque l'on recherche seulement une estimation «grossière» de la justesse ou de la fidélité d'une méthode, lorsque l'on utilise à des fins de vérification courante des échantillons aveugles inconnus dans des programmes de maîtrise de la qualité ou lorsque seule la variation de la justesse ou de la fidélité d'une méthode est évaluée à l'aide de certains paramètres tels que le temps, l'opérateur, l'instrument, etc. Il s'agit, dans le premier exemple, d'une utilisation d'un MRC où la valeur certifiée bien définie et l'incertitude de ce dernier sont sous-exploitées. Les autres exemples illustrent les cas où l'on compare des évaluations uniques de justesse et de fidélité. Pour ce type de comparaison, il estInutile de s'appuyer sur une valeur certifiée bien définie et l'incertitude d'un MRC. En fait, les MRC permettent à l'utilisateur d'évaluer la justesse et la fidélité de sa méthode de mesurage et d'établir la traçabilité métrologique des résultats obtenus.

Qualifier de mauvais l'usage des MRC dans ces procédures dépend largement de la disponibilité et du coût relatif des MRC en question. Si ces derniers sont rares ou très coûteux, leur emploi pourrait être en effet considéré comme mauvais. Par contre, s'ils existent en grande quantité ou si des MRC analogues sont disponibles chez plusieurs fabricants, il est fortement recommandé de les utiliser en lieu et place des étalons de travail, parce que la confiance dans les résultats des mesurages s'en trouve renforcée.

Les utilisateurs ne doivent pas ignorer que la préparation des étalons de travail susceptibles de remplacer des MRC appelle des frais connexes résultant notamment du coût des matériaux, de l'exploitation des installations et de la main-d'œuvre, où le coût des matériaux est généralement le moindre. Pour des MRC tels que les composés complexes certifiés quant à leur composition chimique, la préparation d'étalons de travail de composition analogue à celle d'échantillons réels peut s'avérer plus coûteuse que celle de MRC existants et, dans ces cas, l'utilisation de MRC est recommandée.

Il convient que l'utilisateur soit attentif au mauvais usage possible de MRC comme échantillons «aveugles» inconnus pour vérification dans des programmes de gestion de la qualité. Si dans un secteur de connaissances techniques, il n'existe que très peu de MRC, ces derniers sont aisément reconnus et peuvent par conséquent ne pas convenir au but envisagé. De plus, il ne faut jamais utiliser les mêmes MRC à la fois pour l'étalonnage et comme échantillons aveugles inconnus pour vérification dans un processus de mesure.

Le mauvais usage de MRC peut également intervenir lorsque l'utilisateur ne tient pas entièrement compte de l'incertitude de la propriété certifiée. En effet, l'incertitude globale d'une propriété certifiée d'un MRC peut découler de l'hétérogénéité du matériau, de l'incertitude intra laboratoire et, le cas échéant, de l'incertitude inter laboratoire. Le niveau d'homogénéité défini pour un MRC par le fabricant dépend du modèle statistique appliqué pour l'évaluer et de la respectabilité de la méthode de mesurage. Pour certains MRC, le niveau d'homogénéité est valable pour une prise d'essai définie par la masse, le!, dimensions physiques, le temps du mesurage, etc. L’utilisateur doit Savoir que l'emploi d'une prise d'essai qui ne satisfait pas à la spécification donnée ou qui l'excède, pourrait sensiblement accroître la part d'hétérogénéité du MRC dans l'incertitude de la propriété certifiée au point d'invalider les paramètres statistiques de la certification.

La variation de la respectabilité de différentes méthodes a une autre incidence pour l'utilisateur. Etant donné que le degré d'hétérogénéité d'un MRC est fonction de la respectabilité de la méthode de mesurage, il se peut qu'en appliquant une méthode d'une meilleure respectabilité, l'utilisateur détecte une hétérogénéité dans le MRC en question. En l'occurrence, l'hétérogénéité observée est déjà prise en compte dans les paramètres statistiques pour la propriété certifiée et les tests statistiques présentés dans ce Guide demeurent donc valables. En revanche, il convient de s'interroger à nouveau sur la base scientifique de l'utilisation du MRC donné pour obtenir une évaluation vraie de la méthode choisie par l'utilisateur.

Il est généralement bien connu que les méthodes de mesurage d'une propriété n'ont pas la même respectabilité. Il est donc fort possible que l'utilisateur veuille évaluer une méthode ayant une respectabilité plus grande que celle utilisée pour la certification du MRC. En l'occurrence, les tests statistiques présentés dans ce Guide demeurent valables mais il faut s'interroger sur la base scientifique de l'utilisation du MRC en question pour obtenir une évaluation vraie de la fidélité (et éventuellement de la justesse) que l'on espère normalement obtenir de la méthode choisie par l'utilisateur. Il est recommandé à l'utilisateur d'employer un MRC d'une incertitude moindre, s'il existe.

En ce qui concerne les MR certifiés par une méthode «définitive», l'utilisateur ne doit pas supposer que sa méthode peut atteindre la fidélité et la justesse établies pour le MRC. Il n'est donc pas recommandé d'utiliser les méthodes statistiques présentées dans ce Guide pour évaluer la justesse et la fidélité d'une méthode en les appliquant à un MRC avec les paramètres de certification d'une propriété établis par le fabricant. En conséquence, l'utilisateur doit déterminer ou procéder expérimentalement à des estimations en s'appuyant sur les informations disponibles concernant les paramètres les mieux appropriés. De même, lorsqu'un utilisateur applique une méthode à un MR qui a été certifié par une seule autre méthode, il ne doit pas supposer que les paramètres de certification pour la propriété certifiée sont applicables à sa méthode, sauf dans les cas où la justesse et la fidélité obtenues par les deux méthodes sont reconnues comparables.

Un important aspect à envisager lors du choix d'un MRC, en vue d'évaluer la justesse et la fidélité d'une méthode ou d'étalonner des instruments pour une méthode, c'est le niveau d'incertitude requis par l'usage final de la méthode. Bien entendu, l'utilisateur ne doit pas appliquer un MRC ayant une incertitude plus élevée que ne l'autorise l'usage final. Le présent Guide établit que l'incertitude de la mesure répétée d'un MRC est le double de l'écart-type inter laboratoire du programme de certification lorsque ce paramètre est connu, ou quatre fois la répétabilité de la méthode appliquée au MRC. Ces valeurs représentent le niveau le plus bas de J'incertitude que l'on peut obtenir avec ce MRC et peuvent être utilisées comme indications pour déterminer si le MRC satisfait à l'exigence d'incertitude de l'usage final.

Pour choisir des MRC, il faut prendre en compte non seulement le niveau de l'incertitude requise pour l'objectif prévu, mais égaiement leur disponibilité, leur coût et leur adéquation chimique et physique. Par exemple, l'inexistence ou le coût élevé d'un MRC pourrait conduire l'utilisateur à appliquer un autre MRC d'une incertitude plus grande que celle souhaitée. En outre, en analyse chimique, un MRC d'une incertitude plus grande, mais néanmoins acceptable, que celle établie pour la propriété certifiée peut être préféré à un autre parce qu'il correspond mieux à la composition des échantillons réels. Il pourrait en résulter alors au niveau du processus de mesure une minimisation de la «matrice» ou des effets chimiques qui peuvent provoquer des erreurs beaucoup plus importantes que la différence existant entre les incertitudes des MRC.

En conclusion, les MRC sont censés remplir plusieurs fonctions. Par conséquent, un MRC utilisé correctement par un laboratoire dans un but précis risque d'être mal employé à des fins différentes par un autre laboratoire. Il est donc recommandé à l'utilisateur d'étudier cas par cas l'adéquation d'un MRC en fonction de l'objectif recherché.

Correspondance :